Fonctionnement du scooter électrique

scooter-electrique-2-twenty

Le scooter électrique  est un engin doté de deux roues qui contrairement au scooter thermique ou à essence, fonctionne grâce à l’impulsion des batteries sur un moteur électrique. Ce type d’engins présente de nombreux avantages et permet aux usagers de se déplacer à des vitesses raisonnables au sein des grandes villes. pour Tout savoir sur les scooters électriques c’est un véhicule pour lequel les populations asiatiques ont de l’engouement depuis une dizaine d’années, voire plus. C’est seulement depuis quelque temps que cet appareil séduit les populations françaises et européennes. Les scooters électriques sont dotés de batteries au plomb, au lithium-ion ou au lithium-phosphate de fer, l’une des technologies les plus récentes. Chaque type de batteries présente des avantages et des inconvénients et assure des performances différentes sur le scooter. Afin que la durée de vie des batteries soit allongée, il est important qu’un certain équilibre règne entre les différentes cellules qui constituent la batterie.

La durée de vie d’une batterie est généralement fonction du nombre de cycles de charges et de décharges que la batterie peut endurer tout en gardant environ 80% de son énergie. Les batteries au plomb par exemple, ont une durée de vie moyenne de 1000 cycles de charges et de décharges et présentent l’inconvénient d’être assez lourdes. Les batteries au lithium-ion durent en moyenne 500 cycles et celles au lithium-phosphate de fer durent environ 1500 cycles. Toutefois, les batteries au lithium-ion disposent d’une densité énergétique supérieure à celle des autres types de batteries. Le temps nécessaire pour la recharge d’un scooter électrique est fonction de la prise sur laquelle il est branché, ainsi que du chargeur du scooter. En général, sur une prise « standard » le temps de recharge est d’environ 4 heures pour que l’engin soit complètement chargé. L’idéal pour que l’appareil dure longtemps est de le recharger régulièrement au lieu d’attendre que la batterie soit totalement à plat.

Sur le plan des coûts d’utilisation, les scooters électriques présentent de nombreux avantages. En effet, un scooter électrique consomme en moyenne 0,6 euro pour 100 km. Ce chiffre est de beaucoup inférieur à la dépense générée par un scooter thermique dans les mêmes conditions. Avec l’augmentation régulière des prix de carburant, le scooter électrique est une alternative plus qu’intéressante puisqu’il fonctionne à l’électricité. De plus, les compagnies d’assurance ont conçu des forfaits assez attractifs pour les scooters électriques puisque ces engins sont peu polluants et ne subissent pas beaucoup de vols ni de dégradations. Les assureurs considèrent aussi que les conducteurs de scooters électriques sont plus matures et responsables.

Quelles sont les différentes méthodes pour faire établir sa carte grise

De nombreuses méthodes sont désormais à la disposition des usagers qui souhaitent faire établir une carte grise. Ces derniers ont le choix entre exactement quatre méthodes dont deux peuvent se faire à domicile et deux autres nécessitent de se déplacer. Vous pouvez soi faire votre carte grise en ligne, soit la faire par courrier. Dans l’un ou l’autre des cas, vous n’avez pas besoin de sortir de votre domicile. Lorsqu’il s’agit de faire un changement d’adresse, de titulaire ou une demande de duplicata de carte grise, vous n’avez pas besoin de vous déplacer jusqu’à la préfecture pour le faire. Vous pouvez le faire de chez vous. Certaines préfectures acceptent de traiter les dossiers reçus par courrier, dans ces cas-là le délai de traitement du dossier n’est absolument pas garanti. La meilleure option pour les usagers pressés est de passer par un site web pour faire leur demande de carte grise.

De nombreux services en ligne innovants permettent de faire des démarches de cartes grises sans peine. Il est possible de payer les frais que l’on vous demandera directement en ligne grâce à votre carte bancaire. Avec un peu de chance, vous pouvez tomber sur un site qui vous permet de payer en plusieurs fois sans frais. Le vendeur du véhicule peut aussi faire enregistrer son certificat de cession sur ce type de sites, évitant ainsi les risques de PV à l’ancien propriétaire si une infraction est faite avec le véhicule. Une fois que vous avez envoyé les éléments demandés pour la carte grise, votre dossier est traité en 24h. Lorsque votre dossier est complet, vous recevez immédiatement un certificat d’immatriculation provisoire avec lequel vous pouvez circuler.

Si vous faites partie des personnes qui préfèrent faire leurs démarches de carte grise en « réel », vous avez aussi deux options : soit la préfecture ou la sous-préfecture la plus proche de chez vous, soit une société agréée pour effectuer ce type de transactions. Avant de vous rendre à la préfecture ou chez l’un de ces prestataires, assurez-vous des horaires d’accueil. Ensuite, vérifiez plusieurs fois que votre dossier est complet, sinon vous devrez revenir. Si vous optez pour un prestataire privé, appelez afin de déterminer les disponibilités et les conditions, ainsi, vous ne serez pas surpris une fois sur place. Si par contre vous allez à la préfecture, demandez le guichet des immatriculations ou contactez-les avant par téléphone, vous aurez toutes les informations nécessaires utiles.

Tout ce qu’il faut savoir sur l’immatriculation

Tout véhicule, en tout cas lorsqu’on parle de la France, doit être immatriculé conformément à la règlementation en cours. De cette façon, le véhicule pourra circuler librement sur la voie publique. Cette règlementation s’applique pour les véhicules à quatre roues, y compris les quads, les véhicules deux roues, les véhicules agricoles, des remorques, etc. Pour pouvoir immatriculer un véhicule, le propriétaire doit être titulaire d’un certificat d’immatriculation que l’on appelle également carte grise. Document qu’il peut obtenir auprès de sa préfecture ou de sa sous-préfecture. Depuis quelques années, le système SIV a été mis en place et il permet aux usagers d’obtenir leur carte grise auprès de prestataires agréés, sans besoin de se rendre à la préfecture. C’est un service qui prend de plus en plus d’ampleur et dont même les préfectures font la promotion puisqu’elles sont souvent surchargées par les demandes d’immatriculation, rallongeant ainsi les délais d’attente, allant parfois jusqu’à 2 mois.

Quand l’usager entre en possession de son certificat d’immatriculation provisoire, en abrégé CPI, il peut faire produire les plaques d’immatriculation du véhicule juste en présentant sa carte grise. Le propriétaire peut désormais installer les plaques d’immatriculation et circuler librement sur les voies publiques. Précisons que lorsque vous achetez un véhicule neuf, vous ne pourrez pas rouler librement avec ce dernier tant que vous n’aurez pas achevé la procédure d’immatriculation. Pour obtenir votre certificat d’immatriculation, vous devrez présenter diverses pièces. Tout d’abord un formulaire 3 en 1 cerfa n°13749*04 qui comprend la demande d’immatriculation, le certificat de conformité et de vente et le justificatif fiscal. Le demandeur doit aussi justifier de son domicile et de son identité, verser le montant correspondant au prix de la carte grise, dépendamment du nombre de chevaux fiscaux de la voiture, de l’âge du véhicule, du département de résidence.

L’idéal serait que cette procédure d’immatriculation soit faite par le titulaire du véhicule lui-même. Dans le cas contraire, la personne en charge de l’immatriculation devrait avoir une procuration. Même si la demande d’immatriculation a été traitée par la préfecture, la sous-préfecture ou par un prestataire privé, la nouvelle carte grise est émise par l’agence nationale des titres sécurisés et parvient au titulaire par les services de la Poste, à l’adresse figurant sur le dossier. Le certificat provisoire permet de rouler en toute légalité pendant une période de 30 jours. Maintenant vous avez toutes les armes nécessaires pour affronter les procédures d’immatriculation, surtout celles qui concernent les véhicules neufs.

Comment procéder à l’immatriculation d’un véhicule d’occasion ?

Il est important de rappeler qu’il est interdit aux véhicules de rouler sans être immatriculés, en France comme dans de nombreux pays. Cela est valable pour les voitures, pour les quads, pour les motos, et d’autres types de véhicules. La procédure d’immatriculation est obligatoire pour les véhicules neufs, mais aussi pour les véhicules d’occasion. Lorsque vous effectuez l’achat d’un véhicule d’occasion, le vendeur est dans l’obligation de vous remettre la carte grise dudit véhicule. Vous avez une période d’un mois pour concrétiser et légaliser le changement de propriétaire, en obtenant un nouveau certificat d’immatriculation. Pour y arriver, le nouveau propriétaire doit fournir un dossier comprenant les éléments suivants : le formulaire cerfa n°13750*05 pour obtenir la carte grise, le formulaire cerfa n°13754*02 pour déclarer la cession de véhicule ou une facture, un justificatif de domicile et d’identité, un contrôle technique du véhicule à jour, le prix de la carte grise qui est fonction du nombre de chevaux du véhicule, mais aussi du département de résidence du nouveau propriétaire.

Le titulaire doit conserver la partie détachable de la carte grise, elle fait office de certificat provisoire d’immatriculation (CPI), et permet au titulaire de rouler sans souci pendant un mois, en attendant de recevoir le nouveau certificat prenant en compte le changement de propriétaire. Lorsque le certificat d’immatriculation tarde à être délivré, il est possible de le « suivre ». L’immatriculation concerne également les véhicules qui ont été hérités. La procédure pour cette catégorie de véhicules est la même que pour les véhicules d’occasion, sauf que vous devrez fournir un document prouvant que vous êtes bien l’ayant droit du véhicule. Une attestation du notaire accompagnée d’un acte de notoriété ou d’un certificat de propriété fera l’affaire, ce dernier certificat peut être remplacé par un certificat d’hérédité qui est délivré par la mairie.

Trois facteurs influencent le coût de l’immatriculation : la région de résidence, l’âge et la puissance fiscale du véhicule. Le prix du cheval fiscal du véhicule dépend de la région dans laquelle vous résidez. Le prix du cheval fiscal varie entre 20 et 60 euros. En général les véhicules vieux de plus de 10 ans bénéficient d’une réduction de 50% sur le prix du cheval fiscal. Selon les régions, les véhicules « propres » sont en partie ou entièrement exemptés de cette charge. Vous pouvez vous connecter sur différents sites internet pour vous servir du simulateur de calcul, cela vous donnera une estimation du prix que vous paierez pour obtenir le certificat d’immatriculation de votre véhicule.

 

Quelques améliorations pour rendre les cartes grises de collection plus belles

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les cartes grises de collection sont plus présentes sur les routes que l’on pourrait le penser. Rappelons que les cartes grises de collection sont destinées à autoriser les véhicules de plus de trente années d’âge à circuler sur les routes. Selon la Fédération française des véhicules d’époque (FFVE), ce sont environ 14 000 attestations qui sont produites chaque année, afin de produire des cartes grises de collection. Avec l’annonce de nouveaux paramètres, le nombre de cartes grises de collection disponible sur le marché pourrait bien évoluer à la hausse. Cette augmentation peut être justifiée par de nombreux facteurs. Premièrement, dès 2018, le contrôle technique ne sera plus obligatoire pour ce type de véhicules, ce qui va faciliter la procédure d’obtention d’une carte grise de collection.

En effet, selon les annonces faites par les autorités, les voitures âgées de plus de 50 ans, c’est-à-dire qui ont été immatriculées avant 1960, n’auront plus l’obligation de subir des contrôles techniques, et cela à partir du 1er mai 2018. On note donc un attrait financier et pratique pour les usagers qui seront dispensés de ces contrôles. Toutefois, il y a une crainte sur le fait que cette mesure fasse augmenter le nombre de véhicules anciens mal entretenus sur les routes. C’est pour cette raison que la FFVE propose des contrôles techniques volontaires une fois tous les 5 ans, aux propriétaires de véhicules à carte grise de collection. En contrepartie de ce contrôle technique volontaire, les propriétaires pourront bénéficier de remises sur leur assurance. Cette remise étalée sur 5 ans permet de compenser le prix du contrôle technique. D’ici 2020, toutes les voitures auront l’obligation d’être dotées des nouvelles plaques d’immatriculation avec des numéros conformes à la norme du SIV, cela concerne également les véhicules anciens.

Cette mesure obligera les personnes qui ne veulent pas changer de certificat d’immatriculation depuis des années, à le faire, augmentant ainsi le nombre de cartes grises de collection. La FFVE a obtenu que les véhicules de collection puissent circuler librement dans la ville de Paris sans restriction. Cela a été autorisé parce que le taux de pollution de ces véhicules reste largement inférieur à celui de l’ensemble du parc automobile. Une autre raison qui poussera les gens à déclarer leurs véhicules de collection. Autre élément qui pourrait pousser les usagers à opter pour une carte grise de collection, cette dernière leur donnera droit à des vignettes dorées afin de les différencier des autres véhicules.